« Phoenix essaie un nouvel objet dérivé: le DigHitBook | Accueil | Les nouveaux clients payants pour la musique Part I »

21/05/2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

" Dans une logique de construction d’expérience, on pourrait tout aussi bien imaginer renommer ou vendre des morceaux par émotion suscitée, un peu comme les compilations « Zen » par exemple. "

De la folksonomy musicale en quelque sorte :-)

ça y est ils ont enfin fait le lien entre l'expérience sensitive virtuelle et l'acte d'achat !
Je trouve cette expérience très intérressante ! Une façon unique de découvrir des artistes en mélangeant le canal "classique" d'afinités avec l'émotion ressentie.
Ce modèle expérientiel est tout à fait applicable à d'autres produits, je pense que c'est le début d'une nouvelle expérience d'achat.
Après tout, les magasins "designs" ne sont autres qu'un ingénieux mélange entre quelques faisceaux lumineux chaleureux aux formes arrondies parmis de solides couleurs ternes telle le gris ou le blanc cassé...
Vivement le jour où l'expérience de l'utilisateur permettra de toucher un instrument de la chanson qu'il écoute, pour faire partie de la chanson, faire partie à son tour du groupe ! Des clips holographiques dont vous êtes le héros ??
Assez rêvé ;)

Merci Alban pour ces bestpractices et veilles technos toujours aussi passionnantes !

Bonjour,

je suis depuis un moment avec intérêt ton blog sur l'actu musicale online. De plus en plus de services de ce type fleurissent comme Pandora, Last Fm, allmoodmusic, etc...

Je trouve le principe intéressant et de plus en plus quali dans le principe et l'interface. Mais je me pose toujours la même question: tout ces systèmes se basent sur des agrégations et des croisement de données, en faisant apparaitre les résultats les plus significatifs par rapport à un choix (en simplifiant...).
Ne finit-on donc pas par surfer de manière circulaire entre des titres forçément déja connus et écoutés? dans quelle mesure ces systèmes encouragent-ils une "vraie" découverte musicale dans la mesure ou un petit groupe génial pas encore connu ne sera jamais proposé ou affiché dans les résultats et donc plus il n'est pas écouté, plus il n'est pas référencé?...
Dit autrement, combien de chansons pop-rock et de centaines de titres de bowie et oasis faudra-t-il écouter avant qu'on nous propose un titre de Myassa par exemple?

Bon, sinon c'est tout de même une bonne chose ces systèmes hein, je me demande juste si ça ne fait pas que "remuer la surface" en fait... personnellement j'ai essayé pandora et lastfm et tout ce qui est un peu pointu n'y est pas. Peut-être n'ai-je pas persisté assez longtemps?

Bonjour Baz,

Effectivement, les systèmes de recommandation que tu cites n'aident pas forcément à sortir des sentiers battus, quoique lastfm m'a fait découvrir pas mal de nouveaux artistes (US).

Mais disons que celui qui t'ouvrira le plus de nouvelles fenetres musicales, tout en te laissant guider est indy.tv, à essayer d'urgence !

Sinon, si tu n'es intéressé que par les petits groupes émergents mais de qualité, tu peux télécharger le jamplayer de jamendo...

Autre méthode parmi tant d'autres, tu te crées un compte myspace, et tu te laisses guider par les groupes qui vont venir sur ta page, ou tu repères un pote myspace qui a les mêmes goûts que toi, et tu explores le reste de sa playlist...

Bref, tout dépend si tu souhaites être passif ou actif dans ta recherche...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

En librairie !

Pour en savoir plus...en vidéo !

Twitter


Enter your email address:

Delivered by FeedBurner


Powered by Rollyo

Creative Commons

  • Creative Commons License