« Pour ne rien rater du débat sur le DADVSI CODE | Accueil | Contre l'obscurantisme »

06/03/2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Raisonnement intéressant mais si la raison du succès était d'abord liée à la qualité des oeuvres ? On peut choisir le postulat de la moutonnerie du public, qui aime bêtement ce que la multitude aime, forcément de piètre intérêt. Mais si, par hasard, ce public avait du goût ? S'imposent alors, plus que le reste, la musique ou la littérature qui possèdent une valeur intrinsèque. C'est pour cette raison qu'elles ont du succès. Le maintien à la postérité - pas toujours assuré, je vous l'accorde - peut être la preuve de cette analyse. Il existe des tubes absolus lors de leur sortie, encore écoutés et appréciés, dix, vingt, trente ans après leur mise sur le marché.
Dans ces cas-là, le public avait raison.

Réflexion intéressante Thierry, qui est en partie vérifiée par la "théorie":

Voici la suite de l'analyse traduite dans ce post:

"The subjects were divided into eight groups, where they could only see the downloading choices of people in their "world"

Researchers found the same songs did not make it to the top of the charts in every "world".

One song which had the most downloads within one group, was only the 40th most popular out of 48 in another "world".

But when it came to rating the quality of the music, the different groups broadly agreed.

Sociologist Matthew Salganik, who conducted the survey, said the complex findings dispelled the idea that "music executives can create stars at will".

He added that success was not relative to the quality of the music."

Donc oui, la raison du succès est en partie liée à la qualité des oeuvres, mais pas forcément à court terme on dirait...

Alban,
J'écoute actuellement Artic Monkey ! Acheter par ma copine !
www.u-lik.com est là pour éviter que les gens n'aient pas d'autres outils de recommendation que les most download. L'étude a choisit d'appliquer le modèle des charts (avec des sous groupes d'accord, mais des charts tout de même). Internet permet que n emetteurs parlent à n-recepteurs. C'est justement le peer to peer, ce qui compte c'est de trouver les bonnes personnes à écouter à défaut on écoute la majorité et on sera plus enclin à le faire si on a en plus un sous-groupe.
Mais clairement les charts vont perdre de l'importance.

PS: la postérité c'est aussi un mythe collectif, une valeur partagé avec bien sur une qualité musicale minimum. Les tubs des années 80 ont survécu !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

En librairie !

Pour en savoir plus...en vidéo !

Twitter


Enter your email address:

Delivered by FeedBurner


Powered by Rollyo

Creative Commons

  • Creative Commons License