« j'ai du mal à avaler... | Accueil | Lancement des soirées P2P...le 21 décembre à l'OPA »

18/12/2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

salut alban,
par ordre de préférence je choisirais:
1:Divertissement et internet: une collaboration pour le meilleur et pour le Peer
2:De Peer to Peer et de mieux en mieux.
3Le meilleur du Peer.
Brefs tout ceux qui font un jeux de mot sur la prononciation de "peer", même si ton livre ne parle pas que de P2P.

Hm hm, j'ai un avis exactement opposé à celui de Jérémy : je pense qu'il faut absolument éviter les jeux de mots avec "peer-to-peer", et j'irais même plus loin en te conseillant d'éviter de faire référence au peer-to-peer dans ton titre. D'après moi tu risques d'orienter tes lecteurs potentiels sur une mauvaise piste. Bref, le choix va être difficile pour toi Alban :-)

Perso je penche plutôt pour les deux titres suivants :

- Musique, cinéma et jeux-vidéo: l'industrie "amateure"

- Musique, cinéma et jeux-vidéos, les artisans du net

Et finalement pourquoi pas celui-ci :

- Les nouvelles frontières du divertissement (ça fait très 4e dimension, Temps X, Aux frontières du réel, etc) -- mais en précisant quel type de divertissement.

Bon courage ! J'ai hâte de lire ton bouquin en tout cas, quel que soit son titre :-)

Perso je vote pour celui-là :

"Je, tu , il, nous sommes l'industrie du divertissement"

(peut-être un rien longuet cela dit...)

Salut Alban. A mon avis, il faut que tu n'oublies pas dans ton titre l'idée de redonner une valeur au divertissement. C'est le coeur du problème et c'est le coeur de ton bouquin. Que dirais tu de "L'industrie du divertissement à l'heure d'internet: une nouvelle valeur au-delà du gratuit."
En espérant pouvoir t'aider. Ton bouquin m'a donné pas mal d'idées pour rédiger mon propre mémoire de fin d'études. Merci

Merci pour vos idées, ça va pas mal orienter ma réflexion. Il faudra que je fasse un mix en fait entre: jeu de mot sur "Peer", introduire du "futur", et donner un nouvelle valeur au delà du gratuit...
je vais creuser cette piste alors !
Merci Marc aussi pour ton idée

Moi aussi je vote pour je tu il nous sommes ...
mais peut etre avec cette petite modif qui rallonge encore (et oui c'est difficile) "je tu il, nous sommes le futur de l'industrie du divertissement"
Je pense meme si c'est sympa que peer est à éviter. Car ce n'est pas l'essence du livre.
En plus cela me fait penser à allpeers que nous avions rencontrer ensemble.

En tout cas c'est cool de voir que les choses avancent.

Je vote pour:

Comment [sur]vivre à l'ère du gratuit

avec comme sous-titre:

Quand divertir rime avec Peer to Peer

Alban

Le P2P est une mutation dans le métabolisme du système actuel. Cette mutation va permettre la survie d'un système qui se meurt actuellement de sa mort naturelle par apoptose due à ses propres limitations.

Il est temps de rendre grâce au P2P qui va, au prix de qqs convulsions, permettre l'avènement d'un système en devenir.

Les mamouths finiront congelés, avec les remerciements du muséum d'histoire naturelle, les plus adaptifs s'épanouirons.

Que penses tu d'un plus tonique :

P2P : l'OGM transplanétaire de la musique contre la famine culturelle

Happy 2006

mmm intéressant tout ça ! Zarc, j'ai bien compris ton idée, et ton image est même assez bonne ! par contre, ogm et famine, ça fait pas trop artiste, musique, cinéma, jeux vidéo paillettes et tout et tout ;-)
En tout cas, ke vois où tu veux en venir !

OGM : organisme génétiquement modifié

C'est bien le cas. L'organisme de la distribution de la musique est modifié très profondément dans ses gênes. La mutation n'a que faire de la loi, la mutation est, point final. Elle génère des effets encore insoupçonnés, comme toute mutation.

La loi, en général, se veut tentative de codification de l'avenir, la règle est une codification du passé, elle finit pas devenir coutume et habitude et par là signe sa fin.

Ce qui se joue actuellement est seulement présent d'ou la formidable sensation de liberté de la part du public ou de nombreux artistes.

Par ailleurs, qu'on soit pour ou contre les OGM n'a pas d'importance, ce qui compte c'est la promesse d'un monde sans faim.

Ma comparaison pour la musique ou le reste est de la même veine. Le P2P est la promesse d'un monde sans limitation pour les artistes ou le public.

La rétention de tracks par les majors crée une famine culturelle. Sans le P2P et ses clones, les majors crèveraient bientôt de la famine qu'ils ont eux même créée.

Paradoxe quand tu nous tiens.

La leçon de la tomate

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=5624

Ce qui est rigolo dans cette affaire de tomate, c'est l'apport du 'sauvage' pour fortifier le 'sage'.

Et bien en matière de distribution culturelle, c'est itou. Les sages sacem-vivendi ont besoin du sauvage P2P pour survivre à l'aridité du monde culturel qu'ils nous promettent.

Morale de la tomate : la création, la mutation et l'évolution naissent du sauvage. Ceci rassure les évolutionnistes et angoissent les conservateurs.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

En librairie !

Pour en savoir plus...en vidéo !

Twitter


Enter your email address:

Delivered by FeedBurner


Powered by Rollyo

Creative Commons

  • Creative Commons License