« eMusic et la cocréation | Accueil | H-1 lancement du site lestelechargements.com »

21/02/2006

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451c1a969e200d8347591d453ef

Voici les sites qui parlent de Présentation à la Sorbonne Paris III sur la cocréation :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

salut Alban !
Merci de nous permettre de profiter de ton travail ! Voici un article qui va t'intresser fortement si tu ne l'as pas déjà lu: http://www.liberation.fr/page.php?Article=354779

Apluche

Phil

Ta présentation est très bonne, même un néophyte peut la comprendre.
Le drame est que beaucoup d'auteurs fonctionnent sous l'ancien schéma : Le droit pécuniaire du créateur dépend uniquement de la diffusion. Donc il faut vérouiller au maximum les circuits de diffusion, quitte à empiéter sur la sphère privée. La dichotomie avec le public entraîne, plus qu'un manque à gagner, un manque de nouveaux revenus pour le créateur se privant ainsi des extension que le web peut lui procurer ; j'en reviens-là à la définition du médium de McLuhan comme étant un prolongement du corps.
En clair [A]la guitare et la voix sont un prolongement du corps de l'artiste, le micro aussi. La musique numérisée est projetée dans le cyber-espace, médium de masse [B]qui sera le prolongement des oreilles et du cerveau (normalement) des auditeurs. Chaque connexion est une richesse, chaque richesse est une création de valeur estimable.
Ce que n'arrivent (ou ne veulent pas) pas encore intégrer les majors du disque est la différence entre le contenant et le contenu, le tuyau et l'information qui y circule. Eux veulent tout contrôler dans un délire panoptique suicidaire et destructeur de valeur.

... Mais va expliquer ça à RDDV tu vas passer pour un hippie gauchiste libéral.

Merci Alban pour ton excellente intervention, qui a je crois ouvert de nouvelles perspectives pour les étudiants... et j'espère donnera lieu à de grands débats dans les prochains cours, je te tiens au courant.

Merci Philaxel pour le lien, effectivemet, la notion d'un internet pas uniquement "read only", mais "rewritable" est une belle image !
Merci all pour ces précisions, comme toi, je n'adhère pas du tout à cette tendance qui veut"vérouiller au maximum les circuits de diffusion, quitte à empiéter sur la sphère privée" : on ne peut recréer sur le net la frontière physique entre privé et non privé...je tacherai de l'expliquer ce soir à qui veut l'entendre, au palais de Tokyo :)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

En librairie !

Pour en savoir plus...en vidéo !

Twitter


Enter your email address:

Delivered by FeedBurner


Powered by Rollyo

Creative Commons

  • Creative Commons License